iloubnan.info
( Publicité )
Mode

Défilé Georges Chakra à la Fashion Week de Paris: une rose pour le Liban

PARIS | iloubnan.info - Le 23 janvier 2020 à 10h47

Le défilé printemps – été 2020 du couturier Georges Chakra s’est tenu le 20 janvier 2020 au Petit Palais, dans le cadre de la Semaine Parisienne de la Haute Couture.

Pour sa nouvelle collection Couture, Georges Chakra rend hommage à son pays : le Liban. Loin des clichés, il embrasse sans détour et avec la sophistication qui est la sienne la réalité complexe de son actualité récente, marquée par de nombreuses manifestations populaires réclamant une amélioration de la situation socio-économique du pays.

Son énergie frondeuse, l’envie de liberté de sa jeunesse, sa mobilisation de ces derniers mois sont au cœur du travail du couturier, sensible à l’engagement d’une génération toute entière.  Celui-ci touche autant sa propre famille que toutes celles des membres de sa Maison et de ses ateliers, qui pour la première fois sont présents sur le podium à la fin du défilé.

La rose blanche remise à chaque invité incarne ce soutien à un changement pacifique au Pays du Cèdre.  Le motif floral cher à Georges Chakra est une trame qui parcourt également l’ensemble de la collection.  Aux nombreuses silhouettes immaculées comme autant de pages vierges sur lesquelles écrire une nouvelle histoire répondent une petite robe entièrement réalisée en pétales ivoire, une tenue en tulle entièrement rebrodée de roses, une fleur généreuse posée sur une mini robe en satin duchesse rose fluorescent, comme ces roses peintes une à une à la main sur le gazar d’une longue robe fendue.

Les voiles et les transparences nimbent la collection d’un raffinement vaporeux, contrastant avec un travail sophistiqué de volumes. 

D’un côté, la géométrie épurée d’une robe-boule, les broderies origami et des plissés mouchoirs quasi algorithmiques.  De l’autre, les bustiers qui embrassent le corps, les dos qui se dévoilent, la fluidité des capes et des traînes, les volutes des étoffes éclaboussées de plumes, rebrodées à la main de paillettes et de sequins, la sensualité du crêpe et de l’organza plissé.  Ce jeu de contraires dégage une énergie particulière, dopée par un jeu de tailles tour à tour ultra longues et extra courtes, convoquant un imaginaire de tapis rouge autant que les podiums disco des années 1970.

Blanc, mais aussi rose éclatant ou poudré, aigue-marine, menthe à l’eau, bleu lagon, ciel ou glacier, iridescentes nacrées sur fond d’imprimé végétal… 

La palette de couleurs évoque une nature fantastique, entre forêt luxuriante et fantasme d’une île tropicale où le temps serait toujours au grand beau et où l’on récolterait des perles aux teintes indéfinissables.  Les éclats d’or et d’argent viennent exalter la moire d’un tissu ou réveiller le mat précieux d’une étoffe. Mais cet Éden couture est pugnace, comme le rappellent les flammes dévorant une robe longue à encolure bateau et les souliers plus plats qu’à l’accoutumée, dont ces spartiates à la féminité combattive.

Georges Chakra a souhaité aussi s’engager de manière concrète auprès des organisations qui lui tiennent à cœur.  Scintillant au cou de la mariée, l’imposant collier en émeraudes et diamants spécialement réalisé par le joaillier Fawaz Gruosi sera mis en vente et une partie de cette vente sera reversée au profit du Children Cancer Hospital de Beyrouth et des bourses d’études de l’école Saint Vincent de Paul.

Tags
#Créateur_libanais, #Fashion_Week, #GeorgesChakra
Donnez votre opinion
1 Commentaires
houari
09 fvrier 2020 à 20h01
Tout va bien dans le meilleur des mondes possibles... Arrrffff !
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2020 Par Proximity Agency