iloubnan.info
( Publicité )
Mode

Elie Saab : Femmes fatales, princesses et petites filles modèles

PARIS | fashionluma.com - Le 07 juillet 2016 à 13h46

Il y avait des suprises au défilés Elie Saab Haute Couture automne hiver 2016-2017.

Comme souvent à la fashion week de Paris, le spectacle commence dans la rue, devant l’entrée du lieu choisi pour le défilé.


 

Pour Elie Saab cette année, le fashion show se déroulait rue Cambon, au Pavillon Cambon Capucines (un lieu dédié  à l’accueil de réception très, très haut de gamme).

Aux alentours il y a souvent des jeunes femmes très grandes et très minces et très lookées, qui attendent là, en regardant leur smartphone. Elles ressemblent aux mannequins qu'on va voir défiler (elles font peut-être partie des modèles, d'ailleurs).

Pour entrer on doit montrer patte blanche (comprendre : son invitation et sa pièce d’identité) devant un service de sécurité très poli mais super strict. Alors on entre dans une salle souvent plongée dans une semi obscurité et on cherche son numéro de place. 

Sur les sièges, on découvre le dossier de presse de la collection.

On essaie de deviner le chemin que vont suivre les mannequins au milieu des rangées de chaises. On regarde les photographes faire leur repérage. 

Et puis on attend. Pendant ce temps là on retrouve des connaissances, on prend des selfies.

On attend encore. Chez Elie Saab il y a comme une brume dans certains coins de la salle, des effets de lumière qui font penser aux reflets des phares de voitures, des bruits de klaxon et de sirènes de police. Comme dans les rues d’une grande ville. Nous voilà plongés dans l’esprit de la collection haute couture automne hiver 2016-17 d’Elie Saab, qui s’est cette fois inspiré de New York.

La musique retentit. Chez Elie Saab il y avait en plus un pianiste qui jouait live sur un superbe piano à queue.


Le premier modèle apparaît, le mannequin arrive en fait par le grand escalier, entrée théâtrale assurée.

On découvre les créations.

Certaines sont réellement sublimes, les tailleurs notamment, avec leur taille et leurs épaules marquées, leur jupe crayon, parfois drapées, fendues haut sur la cuisse. 

Les mannequins portent les cheveux libres dans le dos, très légèrement crantés. La bouche est d’un rouge profond, le regard souligné d’un trait d’eyeliner qui fait des yeux de chat. On pense à Lauren Bacall.

D’autres modèles sont plus « attendus », davantage dans le style habituel du créateur : longues robes du soir, tout en jeu de transparence. Et toujours ce travail de broderie, que soulignait un jour Chantal Thomass lors d’un défilé auquel elle assistait il y a quelques années. Elle nous avait dit que chez Saab, on trouve encore ce travail minutieux de broderie qui finalement se raréfie, même dans la haute couture.

Inattendu en revanche : certains mannequins sont accompagnées d’enfants, des petites filles modèles justement, qui portent leur robe en version mini.

Alors, après la collection Elie Saab « Robes de Mariée », bientôt une collection Elie Saab Kids ?...  

Tags
#ElieSaab
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency