iloubnan.info
( Publicité )
Economie

Vaste campagne de vaccination du bétail à la frontière libano-syrienne

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 10 avril 2015 à 13h15
Photo: FAO
L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) s'est dite jeudi "préoccupée" par la propagation de maladies transfrontières sur le bétail au Liban et dans les pays voisins, dans la mesure où 1,5 million de réfugiés fuyant le conflit en Syrie sont arrivés avec un grand nombre d'ovins, de caprins, de bovins et autres animaux non vaccinés.
La FAO a annoncé jeudi dans un communiqué qu'elle procédait actuellement au Liban à la seconde phase d'une campagne préventive pour immuniser le plus grand nombre possible d'animaux du pays, l'objectif étant de vacciner tout le cheptel. Cet objectif est cependant difficilement réalisable, a reconnu l'agence de l'ONU, en raison notamment des difficultés d'accès à certaines zones reculées et de la méfiance des agriculteurs et des éleveurs qui y résident.

Selon la FAO, la campagne de vaccination vise à réduire le nombre d'animaux qui tombent malades ou qui meurent de maladies pour lesquelles il existe des moyens de prévention, et à protéger les populations vulnérables des zones rurales. "Les ressources naturelles dont vivent ces communautés sont déjà mises à rude épreuve en raison des retombées de la crise humanitaire en Syrie", a déploré l'agence, précisant que jusqu'à 70.000 vaches et 900.000 moutons et chèvres risquent de contracter des maladies transfrontières s'ils ne sont pas vaccinés.

Selon la FAO, les trois maladies animales les plus fréquentes détectées au Liban incluent la dermatose nodulaire, la fièvre aphteuse et la peste des petits ruminants (également connue sous le nom de peste caprine) qui est très contagieuse et qui se caractérise par de la fièvre, des lésions buccales, de la diarrhée, une perte de poids rapide, une pneumonie et un taux de mortalité élevé en très peu de temps.

"L'idée est de réduire les risques de maladies et d'éviter que la productivité du cheptel national ne baisse", a expliqué Maurice Saade, Représentant de la FAO au Liban, ajoutant que les animaux laitiers constituent la principale source de revenu de près de 60% des éleveurs de bétail du Liban.

Cette nouvelle campagne de vaccination fait suite à une première phase mise en œuvre l'an dernier. Les vaccins alors administrés ont selon la FAO permis d'enrayer la propagation d'épidémies généralisées.

Les deux phases ont été financées par le Département du développement international du Royaume-Uni (DFID).

Lors d'une conférence tenue au début du mois d'avril 2015, la FAO et l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) se sont engagées à éliminer la peste des petits ruminants d'ici à 2030.
Tags
#Agriculture, #élevage, #FAO, #Syrie
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency