iloubnan.info
( Publicité )
Blog

Un peu d’intimité pour fêter la Saint Valentin à Beyrouth? Pas facile…

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 11 février 2013 à 20h56
Par Nada Akl
 Valentine's Day Saint Valentin

Que faire quand on est un jeune couple non marié avec un besoin urgent d'intimité et qu’on réside au Liban? En cette Saint Valentin, ceux qui ont la chance d’être amoureux ont moins de chance de trouver le bon endroit pour… exprimer leur affection mutuelle.

Au Liban, il est courant qu’une personne célibataire vive toujours chez ses parents. Cela comporte certains avantages : cuisine de maman garantie quand on rentre du travail. Vêtements propres et repassés attendant sagement dans le placard. Côté inconvénients : cela rend difficile de planifier une soirée Saint-Valentin en amoureux. Dans un pays plutôt conservateur, réussir à organiser une soirée en tête-à tête est en fait un casse-tête pour les jeunes. Rester chez soi ? A éviter. Même avec une famille compréhensive et moderne, on ne peut pas vraiment avoir une vraie soirée romantique de Saint-Valentin avec maman dans la chambre d’à côté. Les jeunes tourtereaux ont appris à chercher d’autres solutions.

Ta voiture ou mon chalet ?

Quand ils veulent être seuls, certains couples n'ont aucun autre endroit pour passer la soirée que… leur voiture. Le véhicule est parfois garé dans une ruelle sombre de La Marina à Dbayeh, ou d’autres lieux pas si isolés finalement. L’option est pourtant dangereuse : la police circule régulièrement et peut faire tourner une soirée romantique en totale humiliation. Une jeune femme de 27 ans se rappelle l’époque où elle se trouvait dans sa voiture avec son petit ami, lorsqu’un homme en uniforme est venu frapper à la vitre. Heureusement, l'incident n'a pas eu d'autre conséquence mais c’est humiliant. C’est illégal, et finalement un peu tocard. Cependant, si le couple finit par se marier, il se souviendra probablement de folles heures de jeunesse comme les meilleurs moments de sa vie! 

Autre solution : les jeunes issus de familles aisées disposent parfois au Liban d’un « chalet » familial. Il s’agit en fait souvent d’un petit appartement en bord de mer, réservé aux journées passées à la plage. En hiver, les chalets dans les centres balnéaires servent souvent de refuge pour les couples non mariés à la recherche d'une certaine intimité, et suffisamment motivés pour ne pas se laisser décourager par les regards désapprobateurs ou désagréablement complices que leur lance le concierge. Sans oublier que les clefs sont souvent gardées également par d’autres membres de la famille. Alors, reste pour ces couples à être sûrs que personnes d’autres n’aura la même idée et qu’ils ne croiseront pas un frère ou une sœur venus eux aussi faire la fête. 

Hôtel abordable : "Les feux d'artifice sont strictement interdits"

Beaucoup de jeunes cherchent en cette nuit de la Saint Valentin une chambre d'hôtel à un prix raisonnable. Certains ont des surprises. Imad, 23 ans, faisant le tour de quelques hôtels «abordables» de Hamra, s'est retrouvé dans une situation qui lui a rappelé une scène du film Caramel de Nadine Labaki : il a essuyé un refus de la part de nombreux établissements refusant de louer une chambre à un couple non marié. «J’ai finalement trouvé une chambre pour 25 $ la nuit», raconte le jeune homme. «Le réceptionniste de l'hôtel n’a pas demandé à voir mes papiers d'identité, mais il m’a quand même demandé les raisons de son séjour à Beyrouth». Après un mensonge concernant deux «cousins» ayant besoin d'un endroit pour passer la nuit en ville avant de se rendre à l'aéroport le lendemain, le réceptionniste a accepté de donner au couple une chambre, les informant de certaines consignes … dont certaines sont plutôt inattendues: «Il m’a précisé qu’il ne voulait pas de narguilé dans les chambres et surtout que les feux d'artifices y étaient strictement interdits», raconte Imad en mentionnant que l'employé de l'hôtel s’est beaucoup vanté de la propreté des draps (apparemment c’est un privilège).Follement amoureux, le jeune homme s’est contenté de ce qu’il a pu trouver. Il n’a pas très bien compris l’argument des feux d’artifices, mais est bien décidé à nettoyer la chambre et changer les draps avant la soirée tant attendue.

Hôtel huppé : plus de liberté mais budget élevé

Du côté des hôtels huppés de Beyrouth, ce n’est pas tout à fait la même musique, évidemment. On y demande parfois les noms des clients, voire leurs papiers d’identité, informations qu’ils sont censés transmettre à la Sûreté générale. Mais il s’agit juste de quelques formalités pour le cas où un incident grave se produirait (comme un crime par exemple). A part ça, peu leur importe de savoir si leurs clients ont ou non la bague au doigt. 

Contacté sur le sujet, un directeur d'hôtel affirme tout simplement : "Ne vous inquiétez pas ... nous avons nos propres méthodes", en précisant que très souvent, ce sont les femmes qui prennent l'initiative de réserver une chambre… et qu’elles règlent elles mêmes la note.

Tags
#Rencontre, #Saint_Valentin, #Sex, #Sexe
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency