iloubnan.info
( Publicité )
Art et culture

L'Institut du Monde arabe accueille les Chrétiens d'Orient et leurs 2000 ans d'Histoire

PARIS | iloubnan.info - Le 10 novembre 2017 à 13h11

Chaque fois qu’on visite une exposition à l’Institut du monde arabe, on a cette sensation d’entrer dans un lieu sacré pour les chercheurs et passionnés qui ont réussi à rassembler des trésors du monde entier, pour donner à voir un moment phare de l’Histoire ou une succession de périodes cruciales pour l’évolution des sociétés orientales. L’exposition “Chrétiens d’Orient, 2000 ans d’Histoire”, jusqu’au 14 janvier à l’IMA, ne fait pas exception.

Evidemment, on est frappé par la beauté des objets présentés. Certains n’ont pas volé leur titre de “Trésors d’églises”.

Le parcours est jalonné de plus de 300 objets parmi lesquels de nombreux chefs-d’œuvre patrimoniaux, certains encore jamais montrés en Europe et prêtés pour l’occasion par les communautés elles-mêmes.

Entre autres merveilles : les Évangiles de Rabbula, un célèbre manuscrit enluminé syriaque du VIe siècle, les premières fresques d’églises connues au monde - du IIIe siècle - de Doura-Europos en Syrie, des mosaïques des premières églises palestiniennes et syriennes, des portraits de moines coptes du monastère égyptien de Baouit, des stèles et souvenirs de pèlerinages aux effigies de saint Ménas, saint Syméon et sainte Thècle, ainsi que des icônes illustrant la magnificience du Sacré.

On est frappé par cette beauté, donc. Mais on éprouve un sentiment d’humilité aussi, face à ces objets qui ont traversé le temps, protégés par des hommes qui en ont saisi la portée… ou pas. On découvre par exemple la maquette du complexe monastique développé dans l’actuelle Syrie autour de la colonne où Saint Siméon est resté pendant une quarantaine d’années.  Ce complexe atteindra 12000 m2, et deviendra l’un des plus grands lieux de pèlerinage dans la région… En contemplant la maquette et les photos en noir et blanc, prises sur les lieux, on peut voir que le pied de la colonne est resté là, au fil des siècles. Mais il a fini par être détruit tout récemment… par une roquette russe.

L’exposition rappelle que tout au long de l’Histoire, les chrétiens ont joué un rôle majeur dans le développement politique, culturel, social et religieux de cette région du monde. Une place singulière, ici mise en lumière au travers de périodes charnières : installation du christianisme religion d’Etat, conciles fondateurs, conquête musulmane, essor des missions catholiques et protestantes, apport des chrétiens à la Nahda (renaissance arabe), renouveau des XXe et XXIe siècles.

Un texte officiel présentant l'exposition mentionne aussi que  ‘l'accent est également mis sur la vitalité actuelle des communautés chrétiennes du monde arabe, troublée par l’actualité récente.” Le mot “vitalité” n’est pas forcément celui qui nous vient à l’esprit. Plutôt une impression de “survie” parfois. Dans l’exposition, cette période contemporaine est illustrée par l’espace qui nous procure le plus d”émotion. Dédié aux chrétiens d’aujourd’hui, il est habillé notamment par des photos prises dans différentes villes du Moyen Orient, dont Beyrouth évidemment. Il y a une série d’images, intitulée “Les Pénélopes”, signée Lara Tabet. Elles montrent des femmes, plusieurs générations, photographiées chez elles à Mar Mikhael. Des femmes qui semblent attendre quelque chose. Peut-être leurs hommes, comme Pénélope. Peut-être juste un avenir meilleur.

Aujourd’hui 3% de la population en orient est chrétienne. Ce taux était de 20% au siècle dernier. 

Tags
#Chrétiens, #IMA, #InstitutDuMondeArabe
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency