iloubnan.info
( Publicité )
Art et culture

Des films iraniens, turcs et saoudien récompensés au Festival international du film de Beyrouth

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 13 octobre 2017 à 11h17

Les films iraniens et turcs présentés lors de la 17e édition du Beirut International Film Festival se sont partagé quatre des cinq récompenses attribuées jeudi soir, dans les catégories des films documentaires et des courts-métrages. La cinquième récompense a été attribuée à un film saoudien.

Après la distribution des prix, le festival a été clôturé par la projection du film d’animation Loving Vincent, du Britannique Hugh Welchman et de la Polonaise Dorota Kobiela. Welchman a assisté à la projection et a présenté son film qui dépeint les derniers jours du peintre légendaire Vincent van Gogh, avant son suicide à l’âge de 37 ans après une longue dépression. Ce film est le fruit d’un travail qui a duré sept ans, en collaboration avec 125 peintres du monde entier.

Les courts-métrages

L’actrice française Vahina Giocante, membre du jury du festival aux côtés du réalisateur libanais Ziad Doueiri (qui l'avait dirigée dans "Lila Dit Ca"), a annoncé les résultats. Cette année, le jury était co-présidé par les réalisateurs américain Jonathan Nossiter et argentin Santiago Amigorena.

Le jury a attribué le prix du Meilleur court-métrage à A girl in the room de Karim Lakzadeh, « un film à la fois drôle, émouvant et innovant aussi bien au niveau de son scénario que du langage cinématographique qu’il emploie ». Ce film suit un vieil homme travaillant dans une pension et qui attend la visite de sa fille au bout de 25 ans passés en Allemagne.

Passenger, de Cem Özay, a obtenu le prix du Deuxième meilleur court-métrage. « Il y a dans ce film des plans parmi les plus beaux que nous ayons vus pendant ce festival », ont indiqué les membres du jury. Passenger raconte l’histoire d’un chauffeur de camion qui prend son fils à sa charge, alors que son ex-femme est en prison. Mais le père et le fils se retrouvent forcés à vivre dans le camion pour un certain moment, en attendant de pouvoir se faire une vie meilleure.

Le prix du Troisième meilleur court-métrage a été attribué à The Guy Came on Horseback, de Hossein RabieiDastjerdi, un film qui a touché le jury « par sa douceur et par une belle naïveté qui, dans la forme, accompagne à merveille son sujet ». The Guy Came on Horseback relate l’histoire d’un jeune homme handicapé qui tombe amoureux de la fille de son voisin, ce qui provoque un conflit entre les deux familles.

Le Prix spécial du jury pour le meilleur court-métrage a été attribué à The Bliss of Being No One, de Bader Alhomoud. « Il s’agit d’un film qui nous a ravis par l’originalité de son histoire et par la manière, audacieuse et pleine de maîtrise, de faire évoluer ses deux personnages principaux », ont indiqué les membres du jury. Ce court-métrage, qui a déjà été primé au Dubai international film Festival en 2016, parle d’une rencontre inattendue entre un jeune homme qui a perdu sa famille et un vieil homme.

Les documentaires

No place for tears, de la réalisatrice turque ReyanTuvi, a remporté le prix du Meilleur documentaire. Ce film se penche sur la situation des déplacés de Kobani, en Syrie, ainsi que sur leur désir de rentrer chez eux. «  Que peut-on demander à un documentaire ? De nous enseigner des choses. De nous apprendre des choses que nous ignorions sur le monde – sur une situation sociale ou écologique, politique ou géographique – et sur nous-mêmes – sur les êtres humains que nous sommes, sur ce qui fait de nous des être semblables ou différents à ceux qu’on nous montre », a souligné le jury. 

Le vote du public

Le Prix SGBL – Vote du public pour le meilleur long-métrage a été attribué à I am not your negro, du Haïtien Raoul Peck. Ce film revisite les luttes sociales et politiques des Afro-Américains au cours des dernières décennies, à travers les propos de l’écrivain afro-américain James Baldwin.

Le film de clôture

Peu avant la projection du film de clôture, Loving Vincent, le co-réalisateur Hugh Welchman a tiré les trois numéros gagnants de la tombola du festival. Ces derniers ont obtenu des prix offerts par Royal Talens, dont le matériel a été utilisé par les peintres du film, sachant que Van Gogh lui-même utilisait les produits de cette marque-là pour ses toiles.

La liste des prix de l’édition 2017 du Beirut International Film Festival

Meilleur documentaire : No place for tears, de ReyanTuvi

Meilleur court-métrage: A girl in the room, de Karim Lakzadeh

Deuxième meilleur court-métrage : Passenger, de Cem Özay

Troisième meilleur court-métrage: The Guy Came on Horseback, de Hossein RabieiDastjerdi

Prix spécial du jury pour le meilleur court-métrage: The Bliss of Beign No One, de Bader Alhomoud

Prix SGBL – Vote du public, pour le meilleur long-métrage : I am not your negro, de Raoul Peck.

Tags
#BIFF, #BIFF2017, #Cinéma, #CinemaArabe
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency