iloubnan.info
( Publicité )
Art et culture

Le Goethe-Institut Libanon célèbre l'ouverture de ses nouveaux locaux à Beyrouth

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 02 octobre 2017 à 11h15

Le Goethe-Insitut Libanon a célébré l'ouverture de ses nouveaux locaux à Gemmayzeh, qui accueilleront des activités diverses et variées au cours des prochains mois.

Le Goethe-Institut au Liban fait partie d'un réseau mondial d'Instituts Goethe, qui sont les instituts culturels allemands. "Les locaux tout juste rénovés de Gemmayzeh sont désormais ouverts à tous ceux qui ont envie de faire des rencontres culturelles, d'apprendre l'allemand ou de découvrir les tendances actuelles en Allemagne et en Europe, qu'il s'agisse d'art, de cinéma, de musique, de danse ou de philosophie, tout cela sous un même toit", a déclaré Mani Pournaghi, directeur de l'Institut Goethe au Liban  lors de son discours d'inauguration.

La "Große Party" organisée par le Goethe-Institut Libanon pour marquer la réouverture de ses locaux était précédée d'une réception officielle en présence de l'ambassadeur d’Allemagne, M. Martin Huth, qui a rappelé le rôle essentiel de la culture dans les relations bilatérales entre le Liban et l'Allemagne, de Lynn Tehini représentant le ministre de la Culture Dr. Ghattas Khoury, qui a insisté sur l’importance de l’investissement dans l'éducation culturelle et dans le domaine culturel, et qui permet non seulement l’enrichissement du patrimoine, mais aussi la préservation de la paix pour les générations à venir, et a réitéré l’engagement du ministère envers ces évènements. La directrice régionale, Mme Elke Kaschl-Mohni, représentait le conseil du réseau mondial des Instituts Goethe.

A l’occasion, le ministre de la culture Dr. Ghattas Khoury a visité les nouveaux locaux avec le directeur de l’Institut Mani Pournaghi qui lui a présenté les activités et programmes de l’Institut.

Concert, exposition photo & réalité virtuelle

Environ 250 invités, amis et partenaires ont assisté à un concert d'Ary Jan Sarhan et de Gurumiran en première partie de la soirée. Les deux musiciens ont présenté trois nouvelles compositions spécialement créées pour l'occasion. La douceur des cordes du bouzouki s'est mêlée aux rythmes modernes et aux sons électroniques.

Sur les murs du nouvel Espace Médias, ce sont les yeux des invités qui étaient sollicités cette fois, avec la projection inédite de photos des artistes allemands Johann Clausen et Alexander Graeser. Dans leurs photos, les photographes explorent les limites ou l'absence de limites du désir. Est-il possible de désirer un bâtiment autant qu'un corps humain?

Les spectateurs qui souhaitaient explorer les limites de leur perception pouvaient même entrer dans une petite pièce pour y faire l'expérience de la réalité virtuelle conçue par Nour Malaeb. L'exposition photo ainsi que cette expérience de réalité virtuelle sont accessibles durant les semaines à venir aux heures d'ouverture de l'Espace Médias (lundi, mardi, jeudi de 11 h 30 à 17 h 30).  Pour plus d'informations: www.goethe.de/beirut/events

"Große Party"

Après la réception, plus de 800 personnes ont rejoint la fête organisée dans la cour de l'école du Sacré-Cœur en face du Goethe-Institut et dansé au rythme de divers styles musicaux. Ary Jan Sarhan a présenté toute la richesse de couleurs et de formes du bouzouki, accompagné par la voix intrigante de Sara Darwish. Les chansons de Gurumiran mêlaient beats électroniques et sons arabisants et arméniens, tandis que Charlie Rayne explorait l'esthétique de la musique folk combinée à l'électronique. Sur une piste de danse déjà bien remplie, les mouvements se sont accélérés quand Wass, du groupe "Who Killed Bruce Lee" est monté sur scène. C'est le DJ Set of Rita qui a ouvert le bal, clos par Jad Taleb. Les invités ont dansé jusque tard dans la nuit sur les sons électroniques de Jad Taleb mélangés aux beats techno et aux mélodies arabes.

Pour l'événement, Beyrouth et Berlin étaient reliés par une performance live en réseau de Digital Calligraffiti, organisée par Don Karl. Des artistes de Berlin et de Beyrouth se sont rencontrés sur un écran et ont échangé des messages tel que « Le futur commence aujourd’hui » et « Contruisons ensemble l’avenir ».  A cette occasion, Digital Calligraffiti a transformé l'écran de la Große Party de Beyrouth et la façade du CHB (Collegium Hungaricum Berlin) en toiles numériques sur lesquelles les artistes pouvaient écrire et dessiner en même temps.

La soirée était organisée par le Goethe-Institut Libanon en collaboration avec C U NXT SAT qui a réussi à créer une atmosphère berlinoise à Beyrouth!

Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency