iloubnan.info
( Publicité )
Art et culture

"Albert Einstein, La poésie du réel": une biographie dessinée de ce génie pacifiste

PARIS | iloubnan.info - Le 15 mars 2017 à 14h18

«Albert Einstein, La poésie du réel» de Marwan Kahil et Manuel Garcia Iglesias est à paraître aux éditions 21g le 24 mars 2017, alors que Paris accueille le Salon du Livre. Le scénariste y sera présent notamment dans le cadre d’une rencontre intitulée «Imagine : La Paix.» où il évoquera notamment ses origines libanaises et l’engagement d’Albert Einstein en tant que pacifiste.
Rencontre avec Marwan Kahil.

Comment est né le projet de raconter la vie d’Albert Einstein, l’un des plus grands génie de l’Histoire, au travers d’une bande dessinée ?
Ce projet de roman graphique, de biographie dessinée est né lors d’une soirée qui précédait un voyage à New York, Guillaume Dorison et Clotilde Bruneau, tous deux scénaristes, connaissaient mon souhait de me remettre à l’écriture et d’avancer sur mes différents projets, et ils m’ont invité à rencontrer Jean-Paul Moulin, alors éditeur qui initiait la maison d’édition 21g. Celle-ci est consacrée aux figures ayant marqué l’histoire de l’humanité. J’ai accepté d’être le scénariste du projet, et j’ai profité de mon voyage aux U.S.A. pour me rendre à Princeton et débuter l’écriture, j’ai ainsi pu lire «Out of my later years» trouvé chez un bouquiniste de Brooklyn. Je les remercie à tous les trois de m’avoir fait confiance. Jean-Paul m'a bien épaulé pour ce premier projet.

Comment expliquez-vous l’intérêt que suscite encore aujourd’hui Albert Einstein aux yeux du public ?
Je me souviens quand j’étais encore écolier, juste avant l’an 2000, je feuilletais le Nous du Collège, la revue du Collège Notre-Dame de Jamhour, à la question "Qui est la personnalité du siècle, du millénaire ?" les élèves avaient tous répondu Albert Einstein, indépendamment de leur âge ou de leur orientation. Ça m’avait marqué. Ce n’étaient pas uniquement les bacheliers en filière scientifique qui avaient fait ce choix, mais tous. Ils n’avaient pas choisi une personnalité politique, un philosophe ou un artiste, ils avaient choisi Albert Einstein.

Avec l’actualité, la crise des migrants, les guerres qui ne cessent de meurtrir notre humanité, cet homme est plus que jamais d’actualité. Le parcours d’Albert Einstein, ses exils et son engagement pour la paix ont toujours encouragé les hommes à transcender leur nationalité, à dépasser une identité basée sur des frontières abstraites. Cet homme était profondément pacifiste dans un siècle sanglant, celui des deux guerres mondiales et des pires génocides, il a toujours invoqué un sain supranationalisme pour que l’humanité puisse se concentrer sur une avancée et un progrès plutôt que sur des luttes intestines.

A noter enfin que l’intérêt pour ce génie réside également dans le fait que l’histoire d’Albert Einstein est déjà toute écrite, nous semblons connaître ce personnage, il nous est familier, mais que savons-nous réellement de lui ? Il est synonyme à lui seul du mot «génie», en attestent les nombreuses biographies sur cet homme, complexe, aux mille visages mais dont l'aura a su traverser les années et les générations. Et s’il reste d’actualité c’est pour une raison simple : à chaque nouvelle découverte dans ce qui semble être l’infinité de notre univers, les théories d’Albert Einstein sont confirmées et sont projetées en une de l’actualité, jusqu’à récemment avec les ondes gravitationnelles qui ont fait sensation lors du centenaire de la théorie de la relativité générale en 2015. Comme un signe du destin pour le progrès de notre humanité, comme un rappel. En 2015 justement, j’avais alors achevé d’écrire le premier jet de mon scénario et Manuel avait réalisé déjà la grande majorité des planches mais il restait des corrections et une charge de travail assez conséquente.

Justement comment s’est déroulée votre collaboration avec Manuel Garcia Iglesias ?
Manuel est un auteur et un dessinateur de talent, il est capable de s’adapter à tous les styles, et la couverture du livre est de lui, une peinture à l’huile où il réussit à reproduire l’expression d’Albert Einstein jusque dans le regard. Le dessin de la quatrième de couverture est également très réussi. Pour l’histoire, vu l’incroyable apport d’Albert Einstein et sa personnalité, il a fallu produire plus d’une bonne centaine de planches, le style choisi a été réaliste avec une réelle fluidité dans le geste. Nous avons énormément communiqué en s’adressant des courriers électroniques et en utilisant les réseaux sociaux, je lui ai d’abord envoyé un script assez complet qui précisait les plans et les vues accompagnées par une note d’intention, une frise chronologique et des documents. Manuel s’est alors adapté à mes choix tout en proposant ses propres compositions lorsque cela semblait nécessaire et justifié. Plus le temps passait, plus  on s'est apprivoisé mutuellement. J’ai pu enfin voir Manuel pour la première fois, lorsqu’il est venu au Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême en janvier 2016, nous avions alors bien avancé et il restait uniquement quelques planches et corrections à voir ensemble.

Quel est votre parti pris et l’angle avec lequel vous avez abordé le parcours et la vie d’Albert Einstein ?
Tout d’abord je me suis tout de suite décidé à rappeler un élément essentiel au lecteur : Albert Einstein était un homme avant tout et un humaniste par dessus tout. Un homme qui allait subir l’exil, la guerre et l’injustice comme nombre de ses contemporains, un homme qui a toujours placé l’imagination et la curiosité au dessus d’un savoir figé et rigide. Albert Einstein remettait en question ses acquis en permanence et il observait ce qui l’entourait. Il avait surtout une foi inébranlable en la capacité qu’ont les mystères à se révéler à l’homme.
Quand le projet m’a été confié, je me suis tout de suite demandé ce que cela aurait fait d’être aux côtés de cet homme, de le croiser dans les couloirs de l’Institut d’Etudes Avancées de Princeton. Je n’ai pas pensé à un Albert Einstein médiatique qui tire sa langue aux journalistes, je n’ai pas idéalisé le personnage, je savais qu’il avait mené la vie dure à sa première femme Mileva, mais je savais aussi qu’il était très apprécié, qu’il avait une finesse et un humour sans pareils. J’ai pensé à cet amoureux de bicyclette, qui aimait les promenades, la montagne, et qui aimait aussi les échanges, les femmes. J’ai aussi pensé à la judéité d’Albert Einstein, aux discriminations et aux attaques qu’il a eu à subir et à combattre dans une Europe en proie à la haine. Toutes ces réflexions préalables ont été possibles grâce aux nombreuses émissions sur France Culture et sur Arte qui m’avaient déjà fait découvrir ces aspects du personnage avant de participer à ce projet. Mon parti pris a donc été de révéler de manière pédagogique les apports d’Albert Einstein, je suis un lecteur assidu de la revue Science et Vie depuis l’enfance et elle a été essentielle pour cet aspect pédagogique. J'ai également ensuite souhaité révéler une intimité et quelques anecdotes sur le quotidien de l’homme et le rôle de ses amitiés, notamment sa riche correspondance et ses échanges avec Michele Besso, je me suis alors documenté plusieurs semaines avant d'entamer la rédaction du scénario pour m'imprégner du sujet et tenter de le retranscrire avec mon regard.

Parlez-nous de la maison d’édition 21g...
Pendant tout le processus d’écriture du scénario, Jean-Paul Moulin qui a créé cette collection, m’a envoyé plusieurs titres du catalogue. En tant qu’architecte de formation, j’ai beaucoup apprécié le livre écrit par Eddy Simon consacré à Gustave Eiffel et dessiné par Joël Alessandra. Joël Alessandra est un auteur et artiste que je suis depuis plusieurs années. Il publie prochainement aux éditions 21g, toujours au dessin et en compagnie d’Eddy Simon, une biographie de Rodin que j'ai hâte d'avoir entre les mains. Je me suis souvent laissé porter vers le large dans ses aquarelles et ses récits de voyages notamment dans le golfe d’Aden, un trait envoûtant et poétique où j’ai l’impression de retrouver Arthur Rimbaud. J’ai également beaucoup apprécié le livre consacré à Gandhi, un clin d’oeil à Gandhi est d’ailleurs présent dans Albert Einstein, la poésie du réel ; les deux hommes ayant beaucoup échangé, tous deux étant de fervents pacifistes.

Une citation d’Albert Einstein qui vous touche en particulier ?
“L'imagination est plus importante que le savoir.”

En ce sens où il ne faut jamais s'emprisonner dans des carcans. Le savoir "présent" doit toujours se nourrir d'une saine curiosité et d'un questionnement permanent pour faire naître un savoir "futur". Et cela toujours au service de la vérité et d'un réel progrès pour l'humanité.

Albert Einstein, la poésie du réel
128 pages, broché
éditions 21g

Tags
#Livre, #Dessin, #SalonDuLivre
Donnez votre opinion
2 Commentaires
William C.
16 mars 2017 à 14h49
Merci pour votre commentaire Houari,

Derrière tout grand homme il y a une femme et c'est justement un débat passionnant, qui divise encore les spécialistes, l'époque est tout aussi fautive que l'époux. Ce débat n'est pas le seul concernant la relativité, il y a aussi l'apport des théories d'Henri Poincaré d'où l'intérêt de s'intéresser également à la vie cet homme. Ayant reçu le dossier de presse ainsi que le livre, je vous invite surtout à lire l'ouvrage le 24 mars pour vous faire votre propre opinion, Marwan Kahil et Manuel Garcia Iglesias ont évoqué cette question dans "Albert Einstein, la poésie du réel", et mentionné l'apport de Mileva ainsi que les relations complexes qu'entretenait Albert avec sa première épouse.

Cela n'enlève rien au génie de cet homme et le but de la collection est de raconter l'ensemble de son parcours. D'ailleurs si cela peut vous rassurer la bibliographie citée en fin de l'ouvrage encourage la lecture du livre "Mileva Maric Einstein : vivre avec Albert Einstein" de Radmila Milentijevic.

Bien amicalement,
houari
15 mars 2017 à 21h44
Mileva Einstein est celle qui a permis de découvrir la théorie de la relativité. L'Histoire a oublié son nom et n'a retenu que celui d'Albert Einstein.
La science est encore un monde d'hommes. Souvent les découvertes des femmes sont attribuées à des hommes. Du chemin reste à faire, malheureusement !
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2017 Par Proximity Agency