iloubnan.info
( Publicité )
Art et culture

Le sultanat d'Oman autorise le quotidien Azaman à reparaître

BEYROUTH | iloubnan.info, avec agences - Le 27 dcembre 2016 à 10h19

En octobre dernier, Reporters sans frontières (RSF) et le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) avaient, avec huit autres ONG, demandé au sultan Qabous de "faire cesser les attaques" contre la liberté d'expression au sultanat d'Oman et d' "annuler la fermeture" du journal Azaman. Leur demande a été entendue: le quotidien omanais vient d'être autorisé à reparaître par la Cour d'Appel, selon l'avocat Yacoub al Harithi cité par l'agence AFP.

La fermeture du journal avait été décidée par les autorités le 10 août, après un article faisant état de corruption au sein du gouvernement et de pression sur des juges pour accorder des privilèges à des personnalités influentes.

Outre la fermeture du journal, le rédacteur en chef du journal, Ibrahim al Maamari, et son adjoint, Youssef al Haj, avaient aussi été accusés "d'atteintes au prestige de l'Etat et de mauvaise utilisation d'internet", et condamnés à trois ans de prison ferme chacun, un jugement dénoncé par des organisations de défense des droits de l'Homme comme une atteinte à la liberté de la presse (le sultanat d'Oman est 125e sur 180 au classement mondial RSF de la liberté de la presse 2016). Une Cour d'appel à Mascate a également réduit les peines de prison des deux journalistes à respectivement six mois de prison pour M. al Maamari et un an pour M. al Haj (quand même). La Cour d'appel a prononcé un non-lieu pour un troisième journaliste, Zaher al-Abri, condamné en première instance à un an de prison, a précisé l'avocat à l'AFP. 

MM. al Maamari et al Haj ont d'ores et déjà annoncé qu'ils allaient se pourvoir en cassation. 

Tags
#Liberté_de_la_presse, #RSF
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency