iloubnan.info
( Publicité )
Art et culture

The Incompetents: "Le public recherche l'inattendu"

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 05 janvier 2015 à 14h03
Par Cindy Riechau
Photo tirée du site TheIncompetents.com
Après une pause de plus d'un an les revoilà en concert à Beyrouth: The Incompetents seront au Metro al Madina mardi 6 janvier pour un concert intitulé "After all we're not complete strangers", qu'on pourrait traduire par "Après tout, nous ne sommes pas totalement étrangers l'un à l'autre". Nous sommes bien d'accord: avec leur son, à la fois expérimental et accrocheur, le groupe a entraîné dans son sillage de nombreux fans au Liban au cours de ses sept ans de carrière. Nous avons rencontré trois des cinq musiciens des Incompetents, pour parler du passé, du présent et de l'avenir du groupe.
iloubnan.info: Vous n’avez pas joué depuis décembre 2013. Pourquoi un break aussi long?
Serge Yared: Honnêtement, on ne peut pas vraiment parler d’un "break", car quand nous avons fait cette pause nous ne savions pas ce qui se passerait ensuite. Nous nous sommes arrêtés de jouer pour plusieurs raisons. Déjà, la plupart des membres du groupe ont leurs propres projets musicaux, avec du boulot dans leurs pays respectifs. D’autre part, l'un de nous, Fadi Tabbal, s’est marié. Organiser les répétitions était devenu tout simplement impossible.
Stéphane Rives: Et ce n’est toujours pas facile pour certains, comme moi, qui vivent à l'étranger.

En tout cas vos fans attendent impatiemment votre concert de mardi, à quoi peuvent-ils s’attendre ?
Serge:
Nous présentons toujours nos chansons d’une manière différente à chaque fois. Le public va entendre de nouvelles versions d’anciennes chansons, ainsi qu'une toute nouvelle chanson.

Justement: un nouvel album, c’est pour bientôt?
Serge
: En fait, c’est en cours. Nous avons écrit plusieurs nouvelles chansons et nous devons enregistrer dans les mois qui viennent.

Qu’est ce qui vous inspire pour écrire vos chansons ? Et qui écrit, en général?
Serge:
C’est moi. J’écris les paroles et la mélodie puis l’ensemble du groupe procède aux arrangement. Pour l'inspiration, elle vient de notre environnement et de nos origines multiples, je suppose. Pour moi, nos chansons incarnent le caractère de Beyrouth.

Oui mais de nombreux groupes locaux pourraient sans doute dire la même chose. Qu’est qui d’après vous distingue votre musique de celle d’autres groupes libanais?
Paed Conca
: Certainement nos horizons multiples. Chaque membre de la bande apporte avec lui sa propre histoire musicale.
Serge: Oui . Et chacun sauf moi est un musicien professionnel. Paed par exemple a joué du Hip Hop et du Métal avant, ce qui fait aussi la richesse de notre son. Nous combinons la musique expérimentale qui est très libre avec la pop qui est beaucoup plus stricte. Pour moi, notre musique, c’est un chaos à l'intérieur d'un cadre.
Stéphane Rives: En fait c’est l'esprit arabe qui est comme ça - libre et expérimental. Et dans le domaine de la pop music, ça prend une dimension très spéciale.

Vous vous considérez comme un groupe arabe?
Serge:
(Rire) La chaine franco -allemande "Arte"  a une fois voulu faire un documentaire sur nous mais elle a interrompu le projet car nous chantons en anglais – ce qui n’était selon eux pas assez exotique ! Mais nous sommes ce que nous sommes. Beaucoup de gens trouvent notre mélange bizarre, mais nous savons aussi que beaucoup de Libanais cherchent exactement ce genre de choses. Tout dans ce pays est tellement coincé, le public aspire à l'inattendu. Si c’est ça aussi être un groupe arabe, alors, oui, nous le sommes également.

The Incompetents ont été découverts il y a sept ans. Qu’est ce qui a changé pendant ces années?
Serge:
Je ne suis pas sûr qu’on peut parler d’avoir découvert The Incompetents. En fait Fadi Tabbal et moi venions d'enregistrer un album ensemble. Donc, fondamentalement, l'album est arrivé en premier, avant le groupe. Nous avions recruté des musiciens pour jouer nos chansons. C’est comme ça que The Incompetents est né. Au fil du temps, bien sûr, nous avons évolué en un vrai groupe et pendant toutes ces années notre son a beaucoup changé. Nous cherchons à toujours progresser et à créer quelque chose de spécial, encore et encore.

L’arrivée de nouveaux musiciens au fil du temps a dû contribuer à l’évolution du son, non ?
Paed:
Absolument. Pour ma part, quand je les écoutais les premières fois, je pensais qu'ils avaient un grand potentiel mais qu’ils ont vraiment besoin d’un petit quelque chose pour que tout ça fonctionne. J’ai dit à Fadi, qui était un de mes amis: Faites quelque chose, serrez le rythme! Et plus tard, j’ai intégré le groupe.
Stéphane: Moi aussi j’ai tout de suite voulu me joindre à eux après les avoir vus jouer la première fois. J’ai pensé: ils sont tout à fait uniques et je sentais que je devrais faire quelque chose de personnel aussi. J’avais l'habitude de jouer beaucoup de musique improvisée, donc pour moi le fait de jouer moins librement représentait un grand défi. Le son des Incompétents, cependant, a gagné beaucoup de liberté je pense.

N’est-ce pas compliqué et problématique de jouer avec des personnes aussi différentes dans un même groupe ?
Serge:
(Rire) En fait on aime bien les défis et les risques, en tout cas on préfère ça à une "zone de confort". Mais sérieusement, cela signifie surtout un énorme enrichissement pour notre son.
Stéphane: Exactement. Chacun est une grande source d'inspiration pour tous les autres.
Serge: Notre plus gros problème pourrait être le manque de temps. Malgré tout, nous trouverons toujours du temps pour jouer.


After all we're not complete strangers
Metro Al Madina,
6 janvier 2015
21h37 (pile!)
Cliquer ici pour plus d'infos sur l'événement
Réservations : +961-76309363 (du lundi au samedi de midi à 21h. Le dimanche de 14h à 21h)
Tags
#The_Incompetents, #groupes_libanais, #Artistes_libanais, #concert
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency