iloubnan.info
( Publicité )
Art et culture

Only Lovers Left Alive: de l'amour, de l'art et du sang

BEYROUTH | iloubnan.info - Le 28 mai 2014 à 13h39
Par Elodie Morel
Only Lovers Left Alive a été projeté mardi soir à Beyrouth lors d'une séance spéciale en présence de la chanteuse libanaise Yasmine Hamdan, à l'affiche de ce surprenant et envoûtant film de Jim Jarmusch.
Il y a elle, Eve, amoureuse des livres, maternelle et passionnée, tournée vers la vie. Il y a lui, Adam, musicien anonyme mais au talent inégalé, romantique et passionné, complètement dépressif.

Adam et Eve, les premiers hommes, les derniers aussi peut-être. Les derniers hommes, les derniers amants. Adam et Eve, dans le film de Jim Jarmush, sont des vampires. Ce n’est pas une métaphore, ce sont vraiment des vampires, buveurs de sang. Ils se tiennent à distance d’une humanité qu’Adam juge décadente, irrécupérable de bêtise.

Leur couple traverse les siècles. Chacun devient une source inépuisable de culture littéraire (surtout elle), de connaissance scientifique et musicale (surtout lui). Ils boivent du sang mais se le procurent via les services de transfusion des hôpitaux, sans jamais tuer (« ça ferait tellement 15e siècle » dit Eve, sermonnant sa petite sœur, ado incontrôlable pour l’éternité). Ils savourent le breuvage écarlate comme ils dégusteraient un grand cru millésimé. Ou de l’absinthe : leur boisson semble les plonger dans une brève transe.

D’ailleurs, quand on regarde ce film, nous aussi, on est un peu envoûtés. Fascinés. Par les dialogues, incisifs et pleins d’humour ; par les extraordinaires et innombrables et magnifiques références culturelles ; par la beauté des images et du son (Meilleure bande originale à Cannes 2013), avec la musique du groupe SQRL, de Jim Jarmush lui-même, ou encore celle, étonnante et planante, de Jozef Van Wissem, et aussi la prestation de Yasmine Hamdan : magnifiquement filmée par Jim Jarmusch, dans un café de Tanger, elle chante «Hal », écrite exprès pour ce film.

Only Lovers Left Alive est un film qui se laisse regarder et écouter avant de se prêter à l’analyse. Lors de la conférence de presse au festival de Cannes 2013, où le film avait été projeté pour la toute première fois, Jim Jarmusch rembarrait d’ailleurs gentiment les journalistes qui l’interrogeaient sur la bonne façon d’interpréter son long-métrage. Il leur répondait systématiquement qu’il ne souhaitait pas analyser son œuvre. Et que d’ailleurs, il ne savait pas toujours lui-même ce qu’elle voulait dire.

A Beyrouth dans la soirée du 27 mai, Yasmine Hamdan est venue présenter ce film au public libanais, lors d’un superbe moment organisé par Be Kult au cinéma Metropolis Empire Sofil.

Il y avait beaucoup de monde, 500 personnes au bas mot, les deux salles ont dû être ouvertes pour que tout le monde puisse assister à la projection. Il y avait la presse, venue en masse pour interviewer Yasmine qui signait son nouveau CD, Ya Nass, dont est extraite Hal. Il y avait des VIP, on a aperçu notamment Nadine Labaki et Khaled Mouzanar.

Il y avait aussi des cornets de glace aux fruits rouges, que tout le monde a adorée (un petit clin d’œil au film sans doute, vous comprendrez pourquoi quand vous le verrez).

Allez, il faut qu’on le dise, quitte à passer pour d’incorrigibles grognons : on est un quand même un peu frustré, on aurait bien voulu pour cet événement voir aux côtés de Yasmine Hamdan le reste de l’équipe de Only Lovers Left Alive - ou au moins une partie. Les organisateurs nous expliquent avoir fait le maximum mais rien à faire, les plannings des uns et des autres étaient trop serrés. Quand même, on est déçu. Ils n’auraient pas eu un peu peur de Beyrouth, aussi? On pense à tous ces festivals au Liban, dont les organisateurs nous disent régulièrement que "c’est tellement difficile de faire venir les artistes" (Ils ajoutent en général que "forcément, c’est plus facile à Dubaï", une ville beaucoup plus stable évidemment).

L’équipe d’Only Lovers Left Alive ne peut sans doute pas faire le déplacement à chaque fois que le film sort dans un nouveau pays. Mais Beyrouth n’est pas n’importe quelle ville. C’est un symbole. Surtout en ce moment, au cœur de la tourmente régionale qu’on connaît. On aurait bien aimé qu’ils viennent y saluer la persistance de la vie culturelle envers et contre tout.

Mais que tout ça ne vous empêche pas d’aller voir le film. Il est vraiment, vraiment magnifique.

Tags
#Only_Lovers_Left_Alive, #Jim_Jarmusch, #Yasmine_Hamdan
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency