iloubnan.info
( Publicité )
Art et culture

"The Pink Floyd And Syd Barrett Story" fait salle comble au Sofil

BEYROUTH | liveachrafieh.com - Le 02 août 2012 à 13h07
Par Karin Fockens
En ce quatrième jour de voyage sur grand écran dans l’univers de grandes icones de la musique, le festival Something Must Break au Metropolis Empire Sofil ne s’est pas essoufflé: bien au contraire, il a atteint son point culminant ! À l’occasion de la projection de The Pink Floyd And Syd Barrett Story, documentaire réalisé par John Edginton sur le déclin d’un Syd Barrett aux prises avec la drogue, la salle du Sofil a affiché complet – du rarement vu au Metropolis. Arrêt sur images sur Syd Barrett, grand novateur et co-fondateur de l’emblématique groupe de rock britannique Pink Floyd, qui a quitté le groupe trop tôt sans cesser pour autant de marquer les esprits
La projection de The Pink Floyd And Syd Barrett Story a attiré une nuée décontractée de spectateurs, à forte composante jeune, rassemblant simples curieux ou fans inconditionnels des Pink Floyd. L’électricité et l’effervescence étaient palpables dans l’air alors que cette joyeuse foule attendait que le film commence, prête à entreprendre un voyage psychédélique au son de Shine on me crazy diamond. Qu’ils soient là en fins connaisseurs, afin d’entrer dans l’univers hautement créatif et profondément torturé de Syd Barrett et de comprendre son déclin ; ou en amateurs amoureux de musique, afin de se laisser entraîner dans l’univers rock des Pink Floyd, tous étaient au rendez-vous.

Cinq minutes avant que le film commence, la salle était déjà pleine, et il fallait jouer des coudes pour se frayer un chemin vers les quelques places vides disséminées çà et là dans la salle. Lorsque les lumières se sont éteintes, le silence s’est fait et les spectateurs se sont laissé entraîner dans le monde de ce groupe légendaire.

The Pink Floyd And Syd Barrett Story est un film biographique et bien documenté qui explore le personnage de Syd Barrett et met en lumière son histoire, depuis ses débuts glorieux en tant que source d’influence, de création et d’innovation continue pour les Pink Floyd jusqu’à son déclin, dû à une consommation excessive de drogues qui l’a fait peu à peu sombrer dans la folie et l’absence. L’histoire de ce déclin nous est dépeinte sur fond d’images d’archive, de vidéos amateur, de séquences inédites des débuts du groupe et surtout, d’interviews de proches, et notamment de Roger Waters, David Gilmour, Nick Mason et Richard, autres membres des Pink Floyd.

Ce sont eux qui nous racontent comment ils ont vécu la chute lente de leur ancien camarade et ami, ses multiples absences, ses moments de folie et ses comportements incompréhensibles, le tout à mettre sur le compte de la drogue. Leurs mots à l’encontre de leur ex-collègue sont doux, crus, tranchants, empreints d’affection, mais également de rancune. En effet, ils avaient beau l’aimer, ils ont tout de même subi par ricochet les conséquences de son instabilité.

Après un peu plus d’une heure en immersion dans le monde de Syd Barrett, le film s'est terminé, à la grande surprise et légère déception de nombreux spectateurs, qui s’attendaient à un film plus long, sur le modèle des documentaires précédemment projetés à l’occasion du festival musical. À la sortie du film, les groupes d’amis se sont reformés et les discussions à propos du film ont mené bon train.

Verdict? Opinions mitigées : Certains ont trouvé le film trop superficiel et trop centré sur le rapport de Syd Barrett à la drogue, et ont déploré le fait qu’il ne mettait pas assez en avant le groupe et sa musique. D’autres l’ont au contraire trouvé très bien documenté et complet. Beaucoup se sont accordés pour dire que Syd Barret était devenu complètement fou et que la drogue faisait de bien tristes ravages, mais n’ont pas manqué de reconnaître le rôle novateur du musicien. Pour certains, les membres des Pink Floyd n'ont fait que tirer profit du talent de Syd Barrett pour produire des hits, et l’ont ensuite lâchement abandonné.

The Pink Floyd And Syd Barrett Story a en tout cas remué les esprits. Prochain rendez-vous de ce festival Something Must Break: No one knows about persian cats, diffusé mercredi, pour une rencontre en Iran, avec les Persian Cats et leur son rock indie underground.
PUBLIÉ INITIALEMENT SUR
Live Achrafieh
Tags
#Cinéma, #Metropolis
Donnez votre opinion
0 Commentaires
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
( Publicité )
                        
© COPYRIGHT 2018 Par Proximity Agency